Employeurs & Partenaires /
Optimiser vos recrutements

Optimiser vos recrutements

La Mission locale vous accompagne dans le choix des mesures et contrats de travail les plus adaptés à vos besoins.

Le CUI CAE (Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi)

C’est un contrat de travail (CDD ou CDI) qui ouvre droit, pour l’employeur, à une aide de l’Etat et à des exonérations de charges sociales et patronales.

L’Etat prend en charge jusqu’à 80 % du SMIC (maximum 24 heures sur 6 mois).

Le CUI CIE (Contrat Initiative Emploi)

C’est un contrat de travail (CDD ou CDI) qui ouvre droit, pour l’employeur, à une aide de l’Etat et à des exonérations de charges sociales et patronales.

L’Etat prend en charge jusqu’à 45% du SMIC (maximum 35 heures sur 6 mois).

L’emploi d’avenir (EAv)

C’est un contrat de travail en CDI ou en CDD de 3 ans (ou 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans), à temps plein (sauf exception).

Avec une aide de l’État s’élevant, en général, à 75 % de la rémunération brute au niveau du SMIC pour les employeurs du secteur non marchand (35 % pour les employeurs du secteur marchand)

Ce projet est financé par le Fonds Social Européen dans le cadre du programme opérationnel national "Emploi et Inclusion" 2014-2020

Voir l'image en grand Pour en savoir plus sur les Financements Européens, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.europe-en-france.gouv.fr/

Le contrat de génération

Donner leur place à tous les âges dans l’entreprise. 3 objectifs majeurs : l'emploi des jeunes en CDI, le maintien dans l'emploi ou le recrutement des séniors, la transmission des compétences et des savoir-faire.

Sont concernés tous les employeurs de droit privé (entreprises, établissements publics industriels et commerciaux de 300 salariés et plus). Mais le contrat de génération est adapté à chaque taille d’entreprise.

Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n’ont pas toutes les mêmes leviers en matière d’emploi, ni les mêmes capacités de négociation. La mise en œuvre du contrat de génération est donc différenciée selon la taille des entreprises.

Entreprises de moins de 50 salariés (même les entreprises individuelles) : Bénéficiez d’une aide de 4000€ par an et d’un appui conseil.

Entreprises entre 50 à moins de 300 salariés : Bénéficiez d’une aide de 4000€ par an, conditionnée à une négociation préalable, et d’un appui conseil.

Entreprises de 300 salariés et plus : Négociez un accord Contrat de génération ou élaborez un plan d’action. Attention. Avant le 30 septembre, les entreprises de plus de 300 salariés doivent négocier et conclure un accord ou, à défaut, établir un plan d’action sur le contrat de génération. Cet accord porte sur des engagements en matière d’emploi des jeunes et des seniors et de transmission des savoirs et des compétences. L’accord peut être négocié au niveau du groupe.

L’emploi tremplin

C’est un contrat de travail en CDI ou CDD de plus de douze mois.

Le soutien de la Région ne pourra pas porter sur des emplois déjà créés (emplois jeunes, contrats emplois solidarités…).

Il existe deux types d’aides :

  • Une aide au poste dégressive sera versée à l’association pendant 4 ans. Cette aide sera d’un montant de 10 000 € les deux premières années, 6 000 € la troisième année, 4 000 € la quatrième année.
  • Une aide maximale de 1 500 € sera accordée à l’association pour chaque bénéficiaire de l’Emploi tremplin afin qu’il puisse suivre des formations en lien avec son projet professionnel, le poste occupé ou une démarche de validation des acquis.

Le PACTE

C’est un contrat d’une durée de 12 à 24 mois à temps plein contenant une période d’essai de deux mois pour les administrations d’Etat, les collectivités locales ou les hôpitaux.

Il intègre une formation en alternance en vue d’acquérir une qualification en lien avec l’emploi exercé.

A l’issue de ce parcours de professionnalisation, le PACTE permet d’être titularisé dans le corps ou le cadre d’emplois visé, à l’échéance du contrat et après vérification de vos aptitudes par une commission.

Le contrat de professionnalisation

C’est un contrat de travail en CDD pour une durée comprise entre 6 et 12 mois voir 24 mois pour certaines personnes, il peut également être à durée indéterminée.

Il est accessible à tout employeur du secteur marchand assujetti au financement de la formation professionnelle.

Les entreprises de travail temporaire peuvent également embaucher des salariés en contrat de professionnalisation à durée déterminée.

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.

Le montant de la rémunération varie en fonction de l'âge du bénéficiaire et de son niveau de formation initial.

Le temps de formation est inclus dans le temps de travail ; le contrat peut être conclu à temps partiel.

Le contrat d’apprentissage

C’est un contrat de travail de type particulier dont la durée dépend du titre ou diplôme préparé.

Sa durée est comprise entre 1 et 3 ans et peut éventuellement être adaptée en fonction du niveau initial du salarié.

Accessible aux entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi qu’aux entreprises du secteur du travail temporaire et du secteur du travail saisonnier, les employeurs du secteur public, du milieu associatif et des professions libérales.

Le montant de la rémunération varie en fonction de l'âge du bénéficiaire et de son niveau de formation initial.

Le temps de travail de l’apprenti est identique à celui des autres salariés de l’entreprise incluant le temps de présence en centre de formation d’apprentis. Le mode en temps partiel est exclu.

Des aides peuvent aussi correspondre à vos besoins.

Les aides de l’AGEFIPH

En fonction de votre situation et de votre projet, vous ou la personne handicapée pouvez solliciter les aides de l’Agefiph.

Il s'agit d'aides financières destinées notamment à compenser le handicap mais également de prestations réalisées par des experts sélectionnés et financés par l'Agefiph.

La réduction Fillon

Il s’agit d’une réduction dégressive des cotisations patronales de Sécurité sociale si la rémunération annuelle est inférieure à 160% du SMIC.

- Entreprises de 1 à 19 salariés : coefficient de réduction maximal de 0,281.

En cas de dépassement de l’effectif de 19 salariés entre 2009 et 2012 : application du coefficient de réduction de 0,281 pendant 3 ans.

- Entreprises de plus de 20 : coefficient de réduction maximal de 0,26.

Le même avantage est accordé aux groupements d’employeurs pour les cotisations dues sur les rémunérations des salariés exclusivement mis à la disposition d’entreprises membres dont l’effectif n’excède pas 19 salariés.

Accessible pour les entreprises affiliées au régime d’assurance chômage et soumises au régime général de la Sécurité sociale (sauf particuliers employeurs).

Les entreprises relevant de certains régimes spéciaux (marins, mines, clercs et employés de notaire). Les employeurs de salariés agricoles.

Les établissements publics industriels et commerciaux. Sociétés d’économie mixte.

SECURISE’RA

Il s’agit d’un dispositif pour sécuriser les parcours professionnels, un accompagnement pris en charge intégralement ou en partie, individuel ou collectif pour trouver des solutions sur les axes : recrutement, mobilité des salariés, gestion des âges, mutation de l’entreprise…

Un consultant établira avec vous un diagnostic de la situation et vous proposera des plans d’amélioration opérationnels et vous accompagnera dans leur mise en œuvre.

Le service civique

Le Service Civique est un engagement volontaire de 6 à 12 mois pour l’accomplissement d’une mission d’intérêt général dans un des neuf domaines d’interventions reconnus prioritaires pour la Nation : culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d'urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport.

C’est une opportunité de développer ou d’acquérir de nouvelles compétences. Ainsi, toute mission de Service Civique est accompagnée d'un tutorat individualisé et d’un accompagnement à la définition de votre projet d’avenir.

Une indemnité de 446,65 € nets par mois est directement versée au volontaire par l'Etat, quelle que soit la durée hebdomadaire de la mission.

L'organisme d’accueil verse aussi au volontaire une prestation en nature ou en espèce d’un montant de 101,49 €, correspondant à la prise en charge des frais d’alimentation (fourniture de repas) ou de transports. Cette prestation peut être versée de différentes façons (titre repas, accès à la cantine, remboursements de frais, etc...).

Les jeunes, bénéficiaires ou appartenant à un foyer bénéficiaire du RSA, ou titulaire d'une bourse de l'enseignement supérieur au titre du 5ème échelon ou au-delà, bénéficient d’une majoration d'indemnité de 101,68 € par mois.

Les volontaires en Service Civique bénéficient d'une protection sociale intégrale.

Le bénéfice de l’aide au logement est conservé pendant le Service Civique.

Un accompagnement pour faciliter le déroulement de la mission est proposé. Il s'agit d'une phase de préparation et d'accompagnement dans la réalisation de la mission, d'une formation civique et citoyenne et d'un appui à la réflexion sur le projet d’avenir.